Nombre de documents

3


La recherche a débuté pour moi au cours des années 2000/2001 à partir des mémoires de maîtrise et DEA s'intéressant particulièrement aux pratiques de combat asiatiques.

A la suite de ces recherches encadrées successivement par Stéphane Héas puis Yvon Léziart et Jean-Manuel De Queiroz, j'ai souhaité aller plus loin dans mes thématiques de travail. Je me suis donc engagé en thèse, depuis 2009, sous la direction de Stéphane Héas - MCU HDR à l'Université de Rennes 2 Haute Bretagne - et la co-direction de Michel Calmet – docteur en Sciences de l'Éducation et MCU à l'université de Montpellier I.

 

La thèse que j'ai soutenue propose une focale originale d'étude des pratiques équestres. En effet, en suivant l'étude socio-historique de l'activité, on constate une origine guerrière des pratiques, au même titre que les pratiques de combat actuelles. Percevoir l'équitation comme une pratique de combat transformée successivement en art puis en sport autorise l'étude de l'activité avec des critères similaires à ceux employés dans les recherches portant sur les arts de combat.

L’étude a été menée sur le terrain via trois méthodologies principales : les entretiens (N=50) menés auprès de professionnels de métiers liés au cheval, ainsi que l’observation participante à découvert et la participation observante de quatre centres équestres différents.

 

Les résultats permettent d’identifier les représentations corporelles et structurelles d’une activité aux visages multiples, dont les rapports corporels avec les arts de combat sont signifiants. Les représentations des pratiques autorise l’élaboration d’un continuum entre sport et art équestre, complexifié par les dimensions philosophiques sous tendues par les différents modes de pratiques.

 

Ainsi, en paraphrasant Simone de Beauvoir on peut dire qu’on ne naît pas cavalier, on le devient. L’expérience individuelle, tant sociale que corporelle, fonde l’identité des pratiquants d’équitation. La rencontre du « maître » et des valeurs qu’il défend et dans lesquelles l’élève se reconnaît est la clé de la dynamique du pratiquant. Le processus d’apprentissage lié au triptyque moniteur-élève-cheval conduit à la reproduction corporelle du savoir-faire du maître et reflète la continuation historique d’une activité aux multiples usages.

 

 

Membre de l'AISLF

Membre de l'IPRAZ


Communication dans un congrès2 documents

  • P. Regnier, Stéphane Héas, Dominique Bodin. Contribution à une compréhension ethnosociologique des arts et des sports de combat. 7° Journées de Réflexions et de Recherches sur les Sports de Combat et les Arts Martiaux., Apr 2002, Toulon, France. 〈halshs-00347109〉
  • P. Régnier, Stéphane Héas, Dominique Bodin. Contribution à une compréhension ethnosociologique des arts et des sports de combat in 7° Journées de Réflexions et de Recherches sur les Sports de Combat et les Arts Martiaux. Toulon-La Garde, 11-12 avril 2002.. Contribution à une compréhension ethnosociologique des arts et des sports de combat, 2002, France. 〈halshs-00346363〉

Chapitre d'ouvrage1 document

  • Dominique Bodin, Stéphane Héas, M. El Ali, P. Régnier. Les autocontraintes aujourd'hui : essai d'application à la relaxation, aux arts martiaux et au marathon. Y. Bonny, J-M. De Queiroz & E. Neveu (dir.). Norbert Elias et la théorie de la civilisation : lectures et critiques, Pur, pp. 229-248, 2003, le sens social. 〈halshs-00342603〉