Mots-clés

Identifiants chercheur

  • IdHAL : nelly-sanchez

Widget extérieur

https://www.facebook.com/nelly.sanchez2 www.nellysanchez.fr
Nombre de documents

51

Le roman féminin français, de la Belle Epoque à la veille de la Seconde Guerre mondiale


Depuis notre mémoire de DEA, tous nos travaux se sont intéressés à la littérature féminine et, plus précisément, aux romans écrits entre 1884-1939. Notre démarche tend à s'inscrire dans le sillage des gender studies : si l'écriture féminine est sexuellement marquée, elle porte également l'empreinte d'une historicité. Reflet d'un auteur, la production littéraire est aussi celui d'une société, d'une esthétique. Le roman féminin n'échappe pas à cette logique. La romancière ne peut également manquer de réagir aux influences littéraires, aux mouvements de pensées de son époque, en se les appropriant ou, au contraire, en les rejetant. La littérature féminine est donc à concevoir comme complémentaire de la littérature masculine, ainsi que pourraient l'être les deux faces d'une pièce de monnaie, pour qui veut appréhender le plus précisément possible l'histoire littéraire.

C'est dans cette démarche que s'inscrit notre thèse ; celle-ci a été consacrée aux Images de l'Homme dans les œuvres romanesques de Rachilde et de Colette. Nous avons établi un parallèle entre ces deux femmes de lettres que l'existence, la personnalité et le style paraissent opposer mais qui donnent à lire la même représentation masculine. Alors que le roman masculin présente encore un héros omnipotent, les écrits de Rachilde et de Colette montrent un homme fragile dont l'hégémonie, tant au niveau familial que social, est menacée. En nous basant sur une vingtaine de leurs romans courant de 1884 à 1943, nous avons tâché de démontrer que cette vision novatrice pour l'époque -ce n'est pas un hasard si Rachilde et Colette furent jugées scandaleuses par leurs contemporains- n'était nullement liée à une démarche féministe. Ces femmes de lettres ont seulement su capter les changements que la Société industrielle imposait à l'homme et les difficultés rencontrées par ce dernier rencontrait conserver son rôle de « chef de famille ». La nécessité de travailler a rendu, en effet, les pères et les époux absents de la sphère privée, et les modifications du Code pénal, les velléités d'émancipation des femmes ont achevé de déstabiliser ce sexe dit « fort ».

Notre thèse, notamment à travers l'étude des écrits de Rachilde, nous a permis de découvrir les rapports que celle-ci pouvait entretenir avec les mouvements littéraires et, notamment, avec l'esthétique naturaliste. Nous sommes d'ailleurs en train d'élaborer un ouvrage collectif avec le Pr Jean Anderson, directrice du département de français de l'université de Wellington (Nouvelle-Zélande). Nous avons donc cherché à mettre à jour les liens intertextuels, afin de démontrer là encore, que l'écriture féminine devait être prise en compte dans l'histoire littéraire et l'évolution des genres puisqu'elle contribue à leur dynamique. Nombre de nos travaux concernent la deuxième moitié du 19e siècle, période au cours de laquelle l'esthétique naturaliste connaît ses plus grands succès et ses plus virulentes critiques. Ainsi avons-nous présenté « Rachilde, détractrice et continuatrice du Naturalisme » avant de découvrir d'autres femmes de lettres inspirées par le naturalisme, comme nous l'avons montré dans « Les filles cachées du naturalisme », une étude sur la filiation littéraire entre Zola et Georges de Peyrebrune, Rachilde et Marcelle Tinayre, paru dans Création au féminin, Presses universitaires de Dijon, coll « Kaléidoscopes », vol. 3, p. 185-198 (2007). Nous avons souligné cette présence naturaliste dans l'écriture de Marcelle Tinayre dans une communication, « La Maison hantée », parue ensuite dansCréation au féminin, Presses universitaires de Dijon, « Kaléidoscopes », vol. 1, p. 33-41 (2007). De ce groupe de romancières, il semble que ce soit G. de Peyrebrune qui ait été la plus proche du maître de Medan, puisqu'elle correspondit un temps avec lui et fit partie de ses défenseurs de la première heure. L'étude de ses écrits nous a permis de mettre à jour une autre filiation : O. Mirbeau a puisé dans l'un de ses titres les plus populaires, Victoire la Rouge (1898), pour écrire son Journal d'une femme de chambre (1900) comme nous l'avons démontré dans « Victoire la Rouge : source méconnue du Journal d'une femme de chambre », Cahiers Octave Mirbeau, n°13, 2006. Cette recherche sur l'intertextualité nous a permis de découvrir que le roman féminin était également sensible aux évolutions littéraires et esthétiques.

Ainsi la faillite du naturalisme a profondément marqué la production féminine dont celle de Rachilde qui, de romancière naturaliste est devenue une des figures majeures du roman décadent. Nous citerons notre article, « La Baronne de Caumont, une sphinge fin de siècle », qui montre comment celle-ci a interprété le mythe d'Œdipe dans La Marquise de Sade (1887) ainsi que notre communication « Bouton de rose et sang de bœuf : le goût dans les romans de Rachilde, symptôme de l’hystérie », qui démontre comment, en reprenant le thème de l'hystérie, cher aux décadents, Rachilde réinterprète le mythe de Lilith. Surtout, l'étude de ses romans a révélé que Rachilde s'est inspirée de Remy de Gourmont pour écrire Les Hors Nature (1897) ; nous avons consacré une étude comparative publiée en 2010 sous le titre « Les Hors Nature : Rachilde, émule de Remy de Gourmont », dans l'Actualité de Remy de Gourmont. Ce même roman de Rachilde a, par la suite, servi à Colette pour créer un des personnages des Claudine. Les deux femmes de lettres se voyaient régulièrement au début de leur carrière et la correspondance, qui subsiste, confirme cette filiation. Nous travaillons actuellement à mettre à jour une autre influence, celle que les écrits de F. Nietzsche, notamment Ainsi parlait Zarathoustra, ont pu avoir sur des femmes de lettres comme Anna de Noailles.

La mise à jour de ces relations intertextuelles, révélant les échanges entre romans masculins/féminins, n'est pas la seule piste choisie pour montrer que l'écriture féminine devait s'envisager comme un reflet de la Société. Il convient également d'évoquer toutes nos études consacrées à ces femmes de lettres qui furent, à moment donné, critique littéraire ou artistique, comme Mathilde Stevens. Les articles parus, de Rachilde ou de Lucie Delarue-Mardrus, traduisent l'opinion qu'elles avaient de la sphère littéraire et intellectuelle du moment. Comme les relations épistolaires permettent d'établir des filiations, nous avons annoté et commenté des correspondances entre femmes de lettres. En 2010, ont été publiées Les Lettres de Camille Delaville à Georges de Peyrebrune (1884-1888) par le laboratoire du CNRS (UMRS 6365) Correspondances et Journaux intimes des XIXe et XXe siècles (Brest, France), http://www.ccji.cnrs.fr/ ; dans le courant 2016 sera édité Georges de Peyrebrune, jury du prix « Vie Heureuse » et membre de la Société des Gens de Lettres (1881-1917) par les éditions Classiques Garnier, collection « Correspondances ». Nous nous sommes également intéressées aux écrits autobiographiques, révélateurs des influences culturelles auxquelles ont pu être soumises certaines femmes de lettres comme Lucie Delarue-Mardrus. Nous avons ainsi initié le projet de rééditer Mes Mémoires, autobiographie de Lucie Delarue-Mardrus, initialement paru en 1938, et de l'augmenter d’un index biographique. C'est dans cette perspective que s'inscrit notre réflexion sur certains écrits de Rachilde, notre étude comparative des autobiographies de Gyp, Anna de Noailles et de Lucie Delarue-Mardrus, ainsi que l'édition critique du roman à clefs de Lucie Delarue-Mardrus, L'Ange et les pervers, prévue en 2016. Si notre corpus peut paraître réduit, démontrer l'importance qu'a pu avoir une femme de lettres et son œuvre à son époque implique de redécouvrir ces figures littéraires, de vérifier et de rectifier les éléments biographiques et les critiques erronés. Cette démarche explique nos multiples travaux à caractère biographique comme ces notices publiées sur le site des Commérages de Tybalt ou dans la revue La Corne de Brume. Nous souhaitons, à moyen terme, mettre à jour des réseaux d'influence, des amitiés ainsi que nous en avons découvert lors de nos recherches pour Georges de Peyrebrune, jury du prix « Vie Heureuse » et membre de la Société des Gens de Lettres (1881-1917).

 

Nous n'achèverons pas notre présentation sans parler d'une de nos réalisations : nous avons co-fondé l’Association des Amis de Lucie Delarue-Mardrus (amisldm.org). Nous avons coordonné et co-organisé le Colloque international et interdisciplinaireGENRE ARTS SOCIETE : 1900-1945, qui eut lieu à Paris en janvier 2010. Nous avons également initié et supervisé le collectif « La Normandie, Honfleur dans l’œuvre de Lucie Delarue-Mardrus » (mai 2010). 


Article dans une revue27 documents

  • Nelly Sanchez. A propos de la baronne Staffe. La Corne de Brume, 2016, La Corne de Brume, revue du C.R.A.M, décembre 2015 (12), pp.215-218. <hal-01254910>
  • Nelly Sanchez. Les Vacances d'un jeune homme sage (2nde partie), sa réception auprès des critiques. La Corne de Brume, 2016, pp.61-167. <hal-01254895>
  • Nelly Sanchez. Honfleur, un décor de roman. Les Cahiers Lucie Delarue-Mardrus, Association des Amis de Lucie Delarue-Mardrus, 2015, pp.25-29. <hal-01220224>
  • Nelly Sanchez. Lilith, la première femme désespérée. Nouvelle Imprimerie Gourmontienne, CARGO, 2014, n°5, p. 67-79. <http://www.remydegourmont.org/sur_rg/rub1/>. <hal-01152738>
  • Nelly Sanchez. " Une certaine Esther de Suze ". La Corne de Brume, 2013, pp.133-137. <hal-00981211>
  • Nelly Sanchez. Une parodie du Jardin des supplices par Renée Dunan. Les Cahiers Octave Mirbeau, 2013, 20, pp.199-208. <hal-00988377>
  • Nelly Sanchez. " Lucie Delarue-Mardrus, collaboratrice à La Revue Blanche ". Cahiers Lucie Delarue-Mardrus, 2013, pp.37-41. <hal-00981205>
  • Nelly Sanchez. " Prix Femina 1936 : Sangs de Louise Hervieu ". New Zealand Journal of French Studies, 2013, 2 (34), pp.41-54. <hal-00981199>
  • Nelly Sanchez. " Louise Hervieu, dessinatrice et littératrice ". La Corne de Brume, 2013, pp.41-46. <hal-00981201>
  • Nelly Sanchez. " Bella Vista : la réécriture d'une cavale ? ". Les Cahiers Colette, 2012, pp.180-186. <hal-00981224>
  • Nelly Sanchez. " Le Rêve d'Elisa Bloch ". Cahiers naturalistes, 2012, pp.331-333. <hal-00981218>
  • Nelly Sanchez. Lucie Delarue-Mardrus et le prmier club gastronomique féminin. Les Cahiers des Amis de Lucie Delarue-Mardrus, 2011. <hal-01271057>
  • Nelly Sanchez. " Trois autobiographies féminines dans l'entre-deux-guerres ". Inverses : littératures, arts, homosexualités, Société des amis d'Axieros, 2011, " Littérature féminine du début du XXe siècle " (11), p. 121-132. <hal-00632792>
  • Nelly Sanchez. Petite brouille entre amis : Mirbeau et Peyrebrune. Cahiers Octave Mirbeau, 2011, pp.214-217. <hal-00988386>
  • Nelly Sanchez. Camille Delaville (1838-1888), une journaliste féministe ?. Genre & histoire, Association Mnémosyne, 2011, Automne 2010 (n°7), http://genrehistoire.revues.org/index1078.html. <hal-00613585>
  • Nelly Sanchez. " Lettres inédites de Mirbeau à Georges de Peyrebrune ". Cahiers Octave Mirbeau, 2010, p. 192-195. <hal-00613684>
  • Nelly Sanchez. Rachilde ou la genèse (possible) de Monsieur Vénus. Nineteenth-Century French Studies, University of Nebraska Press, 2010, 38 (Nos. 3 & 4), p. 252-263. <hal-00613405>
  • Nelly Sanchez. Le Normand dans les romans de Lucie Delarue-Mardrus. Les Cahiers des Amis de Lucie Delarue-Mardrus, 2010. <hal-01270879>
  • Nelly Sanchez. "Lucie Delarue-Mardrus, une adolescence pendant l'Affaire Dreyfus". Association des Amis de Lucie Delarue-Mardrus, 2010, http://www.amisldm.org/vie-de-l-association/lettre-d-informations-octobre-2010/. <hal-00630972>
  • Nelly Sanchez. " Le Duel Mirbeau-Catulle Mendès vu par Camille Delaville ". Cahiers Octave Mirbeau, 2010, p. 190-191. <hal-00613682>
  • Nelly Sanchez. Le Courrier d'une neurasthénique. Une lettre inédite d'Anna de Noailles à Mirbeau. Cahiers Octave Mirbeau, 2010, pp.178-181. <hal-00988380>
  • Nelly Sanchez. " Victoire la Rouge : source méconnue du Journal d'une femme de chambre ",. Cahiers Octave Mirbeau, 2006, p. 113-126. <hal-00613690>
  • Nelly Sanchez. Colette à ses débuts : la création de Marcel dans les Claudine. Australian Journal of French Studies, 2005, Vol. XLIII (n° 2), p.138-149. <hal-00613489>
  • Nelly Sanchez. " Colette et Rachilde ". Cahiers Colette, 2002, p. 123-134. <hal-00613695>
  • Nelly Sanchez. Le Périgourdin : bête noire de Peyrebrune et de Rachilde. Mémoire de la Dordogne, 2001, pp.3-5. <hal-00988411>
  • Nelly Sanchez. Rachilde, folle vieillesse ou vieille folle ?. Les Cahiers Léautaud, 2000, pp.5-16, 33-39. <hal-00989415>
  • Nelly Sanchez. " Rachilde ou la décadence du Naturalisme ". Les Cahiers Naturalistes, Grasset-Fasquelle, 1999, p. 275-283. <hal-00613716>

Communication dans un congrès15 documents

  • Nelly Sanchez. Sangs ou l'écriture métonymique de la syphilis. Dire les maux, Oct 2013, Bordeaux, France. <hal-01053671>
  • Nelly Sanchez. Bouton de rose et sang de boeuf : le goût dans les romans de Rachilde, symptôme de l'hystérie. Géraldine Puccini. Les Cinq sens de l'Antiquité à nos jours, Oct 2012, Bordeaux, France. Presses Universitaires de Bordeaux, pp.369-379, 2014. <hal-01053669>
  • Nelly Sanchez. Anna de Noailles, romancière de l'ennui. Gérard Peylet. L'Ennui, Nov 2011, Bordeaux, France. Presses Universitaires de Bordeaux, pp.145-155, 2013. <hal-01053672>
  • Nelly Sanchez. " Critique d'art au féminin au 19e siècle : Mathilde Stevens ". Les femmes parlent d'Art, Mar 2009, Bourgogne, France. n°1, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/texte&image/, 2011, collection "Texte et Image". <hal-00613883>
  • Nelly Sanchez. " La romancière en France dans l'entre deux guerres (1919-1939) ". WIFIS 2008, Oct 2008, Glasgow, Royaume-Uni. http://wifis.edublogs.org/files/2008/11/nelly-sanchez-la-romanciere-francaise-de-le28099entre-deux-g, 2009. <hal-00613884>
  • Nelly Sanchez. " La Réception des œuvres de Lucie Delarue-Mardrus au Mercure de France ". Journée d'étude de l'Association des amis de Lucie Delarue-Mardrus, Nov 2008, Nancy, France. http://www.amisldm.org/bibliographie/26-11-08-n-sanchez/, 2009. <hal-00613885>
  • Nelly Sanchez. " Rachilde, critique littéraire au Mercure de France ",. Réception de la littérature féminine, Mar 2008, Namur, Belgique. Presses universitaires de Namur, p. 55-74., 2009. <hal-00613981>
  • Nelly Sanchez. " Dans le puits ou la vie inférieure : l'antichambre de l'éternité " : Etude sur la représentation de la vieillesse dans l'autobiographie de Rachilde. Vieillir au féminin et écriture autobiographique, Jan 2006, Clermont-Ferrand, France. CRLMC, p. 71-84, 2007. <hal-00614070>
  • Nelly Sanchez. " Les filles cachées du naturalisme ", : Etude sur la filiation littéraire entre Zola et Georges de Peyrebrune, Rachilde et Marcelle Tinayre.. Création au féminin, Mar 2006, Dijon, France. Presses Universitaires de Dijon, vol. 3, p. 185-198, 2007, coll " Kaléidoscopes ". <hal-00613984>
  • Nelly Sanchez. Médée : un bas-bleu modèle. Le Maternel et la Mort : enjeux éthiques et esthétiques de la relation mortifère mère-enfant, 2005, Bordeaux, France. <hal-01053668>
  • Nelly Sanchez. " La Maison hantée " : Réflexions sur la conception de l'écriture chez Marcelle Tinayre.. Presses universitaires de Dijon. Création au féminin, Oct 2004, Dijon, France. 1, p. 33-41, 2006, coll " Kaléidoscopes ". <hal-00614025>
  • Nelly Sanchez. " Le Sentiment de Nature dans la littérature féminine ". Ruptures et continuités. Des Lumières au Symbolisme, Sep 2002, Nancy, France. Presses Universitaires de Nancy, p. 305 - 316, 2004, " Publications du Centre d'Etude des Milieux Littéraires ". <hal-00614027>
  • Nelly Sanchez. " Le cas d'Emile Zola, par Georges de Peyrebrune. Un plaidoyer dans le Réveil Périgourdin ". University of Alberta. 11ème Colloque international de l'AIZEN®, Jun 2001, Jaen, Espagne. XVII (N°1-2), p. 178 - 188, 2002. <hal-00614029>
  • Nelly Sanchez. " Rachilde, détractrice et continuatrice du Naturalisme ". Anna Gural-Migdal. 9ème Colloque international de l'AIZEN®, Sep 2000, Edmonton, Canada. Presses Universitaires d'Edmonton, volume XV (n° 3 & 4), p. 284 - 300, 2001. <hal-00614073>
  • Nelly Sanchez. D'amour, de rêve et de mort : le rivage dans La Tour d'amour de Rachilde. Le Rivage, May 2000, Haïfa, Israël. <hal-01053670>

Ouvrage (y compris édition critique et traduction)4 documents

  • Nelly Sanchez, Royer Irène. Entre mère et fille. Nelly Sanchez, Irène Royer. Editions des commérages, 2016. <hal-01389855>
  • Nelly Sanchez. Georges de Peyrebrune : De la Société des gens de lettres au jury du prix Vie Heureuse. Classiques Garnier, 2016, Didier Alexandre,  978-2-8124-3321-4. <hal-01326691>
  • Nelly Sanchez. Images de l'Homme dans les romans de Rachilde et de Colette (1884-1943). Editions Universitaires Européennes, 389 p., 2010. <hal-00613586>
  • Nelly Sanchez. Correspondance de Camille Delaville à Georges de Peyrebrune (1884-1888). laboratoire du CNRS (UMRS 6365) Correspondances et Journaux intimes des XIXe et XXe siècles, 279 p., 2010. <hal-00613670>

Chapitre d'ouvrage4 documents

  • Nelly Sanchez. Rachilde et Colette : une nouvelle image de l'homme ?. F. Grenaudier-Klijn, E-C Muelsch et J. Anderson. Ecrire les hommes -Représentation du personnage masculin et de la masculinité dans l'oeuvre des écrivaines de la Belle Epoque (1890-1914)., Presses Universitaires de Vincennes, pp.137-144, 2012, 978-2-84292-345-7. <hal-01053666>
  • Nelly Sanchez. " La Baronne de Caumont, une sphinge fin de siècle ". Elena-Brandusa Steiciuc. Mythes de la métamorphose, Editura Universitatii din Suceava, p. 115-122, 2008, série Filologie, B : Literatura. <hal-00613841>
  • Nelly Sanchez. " Les Hors Nature : Rachilde, émule de Remy de Gourmont ",. Vincent Gogibu. Actualité de Remy de Gourmont, Editions du Clown lyrique, p. 131-142, 2008. <hal-00613838>
  • Nelly Sanchez. Lettres de Georges de Peyrebrune. Owen R. Morgan & Dorothy E. Speirs. Émile Zola, Correspondance, Presses de l'Université de Montréal, p. 103-104, p. 116-117, p. 127, p. 248-249, 2008. <hal-00614066>

Autre publication1 document

  • Nelly Sanchez. Préface à la réédition des Vacances d'un jeune homme sage d'Henri de Régnier (1ère partie). Réflexion biographique sur Henri de Régnier. 2014, p.65-73. <hal-01152714>