Accéder directement au contenu

Mots-clés

Identifiants chercheur

Nombre de documents

37

Mathieu Goux - Chercheur post-doctoral (Crisco EA 4255)


DOMAINES DE RECHERCHE

1. Français préclassique et classique

Je me suis spécialisé dans l’histoire de la langue française, et notamment dans l’étude du français préclassique et classique (1550-1750). Cette période de l’histoire de la langue française m’intéresse particulièrement (i) pour les changements fondamentaux observés du point de vue morphosyntaxique, orthographique, lexical, etc. ; (ii) pour les bouleversements que subit le texte écrit du point de vue éditorial et typodispositionnel (stabilisation de la ponctuation et de la gestion de l’espace paginal) ; (iii) pour la réflexion normative intense menée par les grammairiens et les remarqueurs du temps.
Mes recherches s’inscrivent dans la continuité des travaux de Nathalie Fournier, de Bernard Combettes, de Sophie Prévost, de Philippe Caron ou de Wendy Ayres-Bennett. En ce sens, je m’attache à relier les facteurs endogènes de la variation linguistique aux facteurs exogènes, et à montrer de quelle façon la dynamique et la chronologie du changement dépendent non seulement de paramètres systémiques, morphologiques ou syntaxiques, mais également de facteurs socio-culturels complexes comme la normalisation linguistique, l’évolution des pratiques d’écriture, de lecture et d’édition des textes, ou l’influence d’autres champs culturels, littéraires notamment.
Je cherche ainsi à replacer l’évolution de la langue française au sein d’un continuum transcendant la seule perspective linguistique et prenant en considération tous les aspects de l’expérience humaine, et à déterminer le poids respectif de ces différents paramètres. Cela implique notamment de prendre en considération des éléments qui ont pu, par le passé et jusqu’à présent, être minorés ou ignorés, tels les discours des grammairiens du temps, qui nous donnent une fenêtre d’accès quant au sentiment de la langue d’alors, ou la prise en compte des genres textuel qui peuvent influencer l’emploi de certains outils linguistiques.


2. Grammaire de texte

Je me suis également spécialisé dans l’étude du texte en tant qu’objet grammatical constitué. En ce sens, je m’intéresse (i) aux notions de cohésion, de cohérence et de connexité textuelles, à la façon dont les outils anaphoriques participent à la perspective fonctionnelle et informationnelle de l’énoncé, aux connecteurs et à leur syntaxe, ainsi qu’aux syntagmes cadratifs ; (ii) aux unités infratextuelles permettant de conduire cette analyse : phrase, période ou séquence, leurs relations et leur évolution selon différents paramètres historiques ou linguistiques ; (iii) à l’influence des paramètres extralinguistiques de genre, de générations d’auteurs et de traduction dans ces problématiques.
Cette perspective, qui s’inscrit également dans les travaux des chercheurs cités précédemment, s’inspire des réflexions de Jean-Michel Adam ou de Michel Charolles sur la fabrique de l’énoncé, et la façon dont le sens d’un texte émerge de l’association complexe des éléments de niveaux inférieurs. Je m’attache à déterminer comment des unités simples, mots ou syntagmes, permettent par leur succession d’aboutir à des unités complexes, phrases, périodes, séquences, textes.
Cette réflexion m’a invité à analyser des genres textuels qui ont rarement fait l’objet d’études approfondies en linguistique, à l’instar des recettes de cuisine, des notices de jeux ou des textes juridiques. Ces textes « de spécialité », souvent délaissés au profit des textes littéraires, permettent cependant de comprendre davantage les contraintes dirigeant l’écriture des auteurs, et améliorent notre connaissance des phénomènes textuels.


3. Linguistique textuelle diachronique

Ma recherche doctorale, Le pronom-déterminant lequel en français préclassique et classique (1580-1720). De la langue au discours (soutenue avec les félicitations du jury, monographie publiée aux éditions Garnier), m’a permis de concilier ces deux thématiques, et de montrer qu’il est profitable, si ce n’est nécessaire, d’envisager le changement en diachronie en relation avec l’évolution de la notion de textualité.
Ce travail porte sur l’organisation de l’énoncé à l’époque classique via l’étude d’un outil anaphorique complexe, le pronom-déterminant relatif lequel. J’ai mis en lien son fonctionnement morphosyntaxique avec ses rôles textuels dans une perspective diachronique. Mes recherches m’ont permis de confirmer que l’emploi des expressions anaphoriques, du pronom-déterminant relatif en premier lieu mais également des pronoms relatifs en règle générale et des démonstratifs, a grandement évolué en parallèle des paramètres extralinguistiques, et qu’il était déterminant d’inclure ces éléments dans toute recherche relevant de la grammaire de texte et/ou de la linguistique diachronique.
Notamment, on ne saurait expliquer l’emploi de lequel sans prendre en considération non seulement ses mécanismes morphosyntaxiques fondamentaux, mais également le discours des remarqueurs et des grammairiens qui condamnèrent fermement son emploi et l’influence des genres textuels. La dimension textuelle doit donc s’envisager dans toute sa complexité, linguistique comme culturelle, pour expliquer l’emploi du pronom-déterminant relatif. C’est ici la conclusion générale de ce travail, conclusion qui tend à s’appliquer à tous les objets linguistiques envisageables : au-delà de leur emploi et de leur rôle au sein du système de la langue, leur description dans le temps ne peut faire l’impasse de la prise en compte de leur dimension textuelle et des analyses métalinguistiques les accompagnant dans l’histoire de la norme.
Réciproquement, et c’est ce que j’ai pu montrer dans différentes productions scientifiques, la dimension diachronique gagne à être envisagée dans une perspective textuelle. En effet, et bien que le changement soit généralement analysé en termes de ruptures, il y a une continuité fonctionnelle dans la façon dont nous envisageons l’unité textuelle de l’époque classique jusqu’à aujourd’hui, qui demande à développer des outils d’analyse susceptibles d’expliquer totalement la fabrique de l’énoncé. Partant, il convient de mettre à l’épreuve les notions issues de la linguistique textuelle contemporaine en les confrontant aux textes de l’époque classiques, afin d’améliorer nos connaissances à ce propos et de mieux identifier les paramètres à l’oeuvre dans la conduite de l’énoncé.

 

REALISATION DE PROJETS DE RECHERCHE

1. Post-doctorant du projet MICLE (ANR-DFG, Université de Caen)

Coordination de l’équipe de recherche. Organisation des formations. Numérisation et annotation du corpus d’études.


Ce projet de recherche ANR-DFG financé pour 36 mois et basé à Caen pour la partie française, et à Francfort pour la partie italienne, s’intéresse aux mécanismes du changement grammatical sur temps long et notamment à la question de l’ordre des mots et de l’organisation V2 des langues romanes. Il s’agit particulièrement de comparer, par l’intermédiaire d’un corpus calibré d’ancien et de moyen français et d’italien vénitien, des plus anciens textes disponibles (milieu du 14e siècle) jusqu’à la Renaissance (milieu du 16e siècle), les indices micro-syntaxiques qui auraient pu favoriser le développement, puis la régression de la structure V2 dans les états anciens de la langue.
Cette recherche translinguistique s’appuie sur (i) l’homogénéisation des données textuelles, issues de documents non-littéraires comme des correspondances privées, des minutes de procès ou autres textes de spécialité, et ce afin de limiter les influences stylistiques dans la recherche des occurrences ; (ii) l’annotation morpho-syntaxique de ces documents, afin de faire émerger des schémas d’évolution ; (iii) l’analyse de la périphérie gauche de la phrase, en réinvestissant les théories en syntaxe formelle et notamment le modèle « XP », mais également les théories de grammaire textuelle et des modèles informationnels.
Les analyses, tant quantitatives que qualitatives, visent à donner un éclairage nouveau de l’évolution de ce phénomène non seulement dans le cadre des langues romanes, mais plus largement également en grammaire générale, notamment par le rapprochement avec les langues germaniques dont l’évolution de l’organisation V2 est richement documentée. Il s’agira notamment de repérer les phénomènes relevant d’une évolution commune aux langues du monde, selon les modèles dégagés par la typologie syntaxique, et celles spécifiques aux langues romanes, au français ou à l’italien vénitien. L’analyse distinguera dès lors les paramètres micro-syntaxiques expliquant l’évolution régulière du phénomène dans les langues, et ceux provoquant une évolution particulière. Les retombées se calculeront tant en termes de méthodes et d’outillage, d’ingénierie, que de théories scientifiques en associant analyse syntaxique et perspective textuelle.


2. Post-doctorant du projet ConDÉ (RIN, Université de Caen)

Coordination de l’équipe de recherche. Organisation des formations. Constitution du corpus d’étude. Exploration linguistique des coutumiers de Normandie, du XIIIe au XVIIIe siècles.


Ce projet de recherche financé par la région Normandie, pour une durée de 32 mois et basé à UniCaen et à l’Université de Rouen pour la partie historique, a trois objectifs primordiaux : (i) créer une base de données interrogeable d’une quinzaine de coutumiers normands, du moyen-âge à la période moderne ; (ii) proposer des analyses inédites concernant l’histoire de la langue française ; (iii) améliorer notre connaissance historique de ces coutumiers.
La partie historique et patrimoniale est développée par le CUREJ, laboratoire d’histoire du droit de Rouen. Je m’occupe de l’établissement de la base de données, de la transcription des témoins, de leur lemmatisation et de leur étiquetage morpho-syntaxique avec l’ingénieure de recherches, ainsi que de leur exploration linguistique, en association avec les équipes du CRISCO (« Centre de Recherches Inter-langues sur la Signification en COntexte, EA 4255).
Au terme du projet, ce sera ainsi un corpus d’environ 30 millions de caractères, répartis sur une quinzaine de témoins et s’échelonnant sur plus de six siècles, qui sera accessible à l’ensemble de la communauté des chercheurs en langue et en histoire, de même qu’au grand public et aux passionnés grâce à une interface simplifiée et une exposition virtuelle, recontextualisant et présentant les dimensions de ce sujet. La lemmatisation et l’étiquetage morpho-syntaxique permettent d’explorer finement ces textes, pour certains inédits et numérisés pour la première fois dans le cadre de ce projet, et de produire des analyses nouvelles dans les champs disciplinaires concernés. À mi-parcours (printemps 2020), ce projet a produit plus de 30 contributions scientifiques, articles, chapitres d’ouvrage et communications, et a essaimé des réflexions enrichissantes dans le domaine des humanités numériques par le développement de nouveaux outils et de nouvelles procédures d’édition numérique.
Dans le champ des sciences du langage et plus spécifiquement de la linguistique historique, ce projet montre le besoin contemporain d’accéder à des textes « de spécialité », juridiques en l’occurrence, pour améliorer notre connaissance de la langue française. Nous avons notamment montré qu’au regard des textes littéraires sur lesquels s’est fondée la discipline, ces corpus étaient moins archaïsants et donnaient à voir une dynamique du changement distincte des prédictions théoriques. Ils nous permettent également de travailler sur des problématiques textuelles qui n’ont été que peu abordées en diachronie longue, tels les cadratifs, la ponctuation ou le discours rapporté, par le soin apporté à leur matérialité et le choix fait de proposer, en marge d’une transcription modernisée, des éditions diplomatiques des témoins. Le projet ConDÉ s’inscrit dès lors parfaitement dans mes sujets d’étude privilégiés, et me permet d’avoir une réflexion stimulante sur les pratiques d’écriture dans le temps long, tout en interrogeant mes propres analyses et ma propre démarche de chercheur.


3. Post-doctorant du projet EPELE (CORNUM, MRSH de l’Université de Caen)

Édition numérique des textes. Enrichissement TAL (lemmatisation et étiquetage morphosyntaxique).


Suite à la titularisation d’Isabelle Bretthauer, précédente post-doctorante sur le projet, je me suis chargé de l’édition numérique et de l’enrichissement TAL de trois corpus de moyen français, rédigés par des locuteurs « peu lettrés » (un tabellion, un marchand et des membres et proches de la famille Estouteville, notables de Normandie). J’ai transformé les transcriptions du format .docx au format TEI-XML, construit les métadonnées, lemmatisé et étiqueté morpho-syntaxiquement les corpus.
Ce projet a été un essai validé sur les chaînes de traitement numérique de corpus atypiques. Il m’a permis de tester la robustesse de différents jeux d’étiquettes morpho-syntaxiques et de différents standards de lemmatisation en diachronie, ainsi de sélectionner les balises TEI nécessaires à l’édition numérique des témoins. Quand bien même ce poste n’aurait-il duré que trois mois avant que ne commence le projet ConDÉ (supra), il m’a permis de me familiariser avec les attentes d’un corpus aux intérêts transdisciplinaires, linguistiques et historiques, et d’initier la collaboration avec les équipes de la MRSH de l’Université de Caen avec lesquelles je travaille à présent.


4. Collaboration au projet PRESTO (ANR & DFG [Deutsche Forschungsgemeinshaft], piloté par le laboratoire ICAR [ENS Lyon])

Participation à la première campagne d’annotations syntaxiques sur textes français du XVIe au XIXe siècle. Rodage du logiciel de textométrie TXM et du logiciel d’annotation Analog.


Alors doctorant, j’ai participé aux réunions d’équipe et à la première campagne d’annotation du projet PRESTO, dédié à l’étude des prépositions du français en diachronie longue. J’ai participé à la stabilisation du jeu d’étiquettes, ai contribué à la rédaction du manuel d’utilisateur du logiciel d’annotation ANALOG et à l’exploration du corpus.


Ouvrage (y compris édition critique et traduction)1 document

Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier1 document

  • Basile Bayoux, Claire Fonvieille, Mathieu Goux, Kamila Bouchemal, Célia Clermont, et al.. Missile : le journal des Têtes Chercheuses. Bizarrerie (nº 3), Têtes chercheuses, 2015. ⟨hal-02004175⟩

Chapitre d'ouvrage3 documents

  • Mathieu Goux. De la période à la phrase : le témoin lequel. Sophie Prévost; Benjamin Fagard. Le français en diachronie : dépendances syntaxiques, morphosyntaxe verbale, grammaticalisation., Peter Lang, pp.133-154, 2017, 978-3-0343251-9-6. ⟨halshs-01386515⟩
  • Mathieu Goux. Qui et Lequel : vrais relatifs, faux concurrents ?. Florence Bonifay; Marjorie Broussin; Stéphane Caruana; Mélanie Guérimand. Concurrence(s) dans le monde des arts et des lettres, L'Harmattan, pp.271-285, 2016, 978-2-343-10094-4. ⟨hal-02278802⟩
  • Mathieu Goux. Le pronom-déterminant lequel dans le Quinte-Curce de Vaugelas. Thierry Ponchon; Hava Bat-Zeev Shyldkrot; Annie Bertin. Mots de liaison et d'intégration., John Benjamins, pp.135-146, 2016, 978-9-0272314-4-4. ⟨halshs-01386440⟩

Article dans une revue10 documents

  • Mathieu Goux. Ponctuation et connecteurs en français classique. Du reposoir (périodique) à la structure (phrastique). Çedille, La Laguna Santa Cruz de Tenerife: Asociación de Profesores de Francés de la Universidad Española, 2021, 19, pp.127-156. ⟨10.25145/j.cedille.2021.19.06⟩. ⟨hal-03226331⟩
  • Mathieu Goux, Gwenaëlle Callemein. Les “questions de droit” dans la Coutume réformée de Henri Basnage (1678) : analyse d’un dispositif explicatif. L'information grammaticale, Peeters Publishers, 2020, pp.31-38. ⟨10.2143/IG.164.0.3287272⟩. ⟨hal-02446957⟩
  • Nathalie Rossi-Gensane, Mathieu Goux. Discours programmateurs : le cas des recettes de cuisine en français classique et en français moderne. Langue française, Armand Colin, 2020, Incitation à l'action et genres de discours programmateurs, pp.95-110. ⟨10.3917/lf.206.0095⟩. ⟨hal-02865614⟩
  • Pierre Halté, Mathieu Goux. Qu’est-ce que programmer par un mode d’emploi de jeu vidéo ?. Langue française, Armand Colin, 2020, Incitation à l'action et genres de discours programmateurs, pp.111-126. ⟨hal-02865616⟩
  • Mathieu Goux, Pierre Halté. La relation texte/image dans les notices de jeu de stratégie. Pratiques : linguistique, littérature, didactique, Centre de recherche sur les médiations (Crem) - Université de Lorraine 2020, Lire des documents composites en classe, [31 p.]. ⟨10.4000/pratiques.8441⟩. ⟨hal-02446998⟩
  • Mathieu Goux. Commencer en continuant : du rôle des constructions détachées en "–ant" en tête de chapitre. L’exemple d’Oudin, de Rosset et de Vaugelas. Scolia, Université des sciences humaines Strasbourg, 2020, Thématisation et périphéries de la phrase, pp.115-131. ⟨10.4000/scolia.1362⟩. ⟨hal-02446976⟩
  • Mathieu Goux, Nathalie Rossi-Gensane. Référents évolutifs, anaphores et constructions détachées : étude diachronique de recettes de cuisine. Les cahiers de praxématique, Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2006-, 2019, numéro thématique La gestion de l’anaphore en discours (éds C. Rossi, L. Gardelle et L. Vincent-Durroux), 72. ⟨halshs-02093237⟩
  • Mathieu Goux. Naissance d’un paradigme: la catégorie du déterminant dans les grammaires de l’époque classique. L’exemple de l’article défini. Signata - Annales des sémiotiques, Presses Universitaires de Liège, 2017, La notion de paradigme dans les sciences du langage (The Paradigm Concept in the Sciences of Language) par P. Basso Fossali & M. Colas-Blaise (dirs), 8, pp.21-36. ⟨10.4000/signata.1343⟩. ⟨halshs-01539813⟩
  • Mathieu Goux. Du fait linguistique au(x) genre(s) : oralité et scripturalité à l'époque classique. Essais : revue interdisciplinaire d'Humanités, École doctorale Montaigne-Humanités/Presses universitaires de Bordeaux, 2016, Normes communiquées, normes communicantes. Logiques médiatiques et travail idéologique, 1 (7), pp.137-151. ⟨halshs-01300478⟩
  • Mathieu Goux. Les ajouts après le point : résurgences et bredouillements.. Missile, Les Têtes chercheuses, 2015, Résurgences, pp.15-19. ⟨halshs-01281257⟩

Communication dans un congrès20 documents

  • Mathieu Goux, Morgane Pica. NLP Tools and the Norman Laws: equiping a corpus in long diachrony. Romance Linguistic Seminar, ARC, Jan 2020, Cambridge, United Kingdom. ⟨hal-02447017⟩
  • Mathieu Goux, Pierre Larrivée. Expression et position du sujet en ancien français : le rôle de la personne pronominale. 7e Congrès Mondial de Linguistique Française (CMLF 2020), Jul 2020, Montpellier, France. 14 p., ⟨10.1051/shsconf/20207803002⟩. ⟨halshs-02865639⟩
  • Mathieu Goux, Morgane Pica. Le projet ConDÉ : présentation. Les défis d’un corpus de textes en diachronie longue. 10e Journées Internationales de Linguistique de Corpus (JLC2019), Nov 2019, Grenoble, France. ⟨hal-02447030⟩
  • Mathieu Goux. "Un sens parfait et achevé" : la notion de sens complet chez les grammairiens de l'époque classique. 33e colloque international du CerLiCO - Complément, Complétude, Complémentation : du lacunaire au complet, Catherine Moreau; Jean Albrespit, May 2019, Bordeaux, France. ⟨hal-02277590⟩
  • Mathieu Goux. Évolutions textuelles et grammaticales dans le corpus CONDÉ. Gestion et organisation des « univers de vérité » et évolution du sujet postverbal. Histoire de la langue française : le témoignage de la Coutume de Normandie, Nov 2019, Caen, France. ⟨hal-02447022⟩
  • Mathieu Goux. Ponctuation et connecteurs en français classique : de la pause périodique à la structure phrastique. Colloque International DIACHRO IX : Le français en diachronie, Mar 2019, Salamanque, Espagne. ⟨hal-02277593⟩
  • Mathieu Goux, Nathalie Rossi-Gensane. Discours programmateurs : le cas des recettes de cuisine en français classique et en français moderne. Les Discours Programmateurs, 2018, Lyon, France. ⟨hal-01826920⟩
  • Mathieu Goux, Nathalie Rossi-Gensane. Anaphore et référents évolutifs : étude diachronique de recettes de cuisine. Gérer l'anaphore en discours : vers une approche interdisciplinaire, 2018, Grenoble, France. ⟨hal-01826919⟩
  • Mathieu Goux, Pierre Halté. La représentation du joueur dans les notices de jeu. Les Discours Programmateurs, 2018, Lyon, France. ⟨hal-01826921⟩
  • Mathieu Goux. Subordination et coordination en français préclassique et classique. Diachro VIII, 2017, Strasbourg, France. ⟨hal-01826918⟩
  • Mathieu Goux, Nathalie Rossi-Gensane. Quelques considérations d'ordre diachronique sur les recettes de cuisine. Journées d'étude internationales Les discours programmateurs, Oct 2017, Lyon, École Normale Supérieure, France. ⟨halshs-01758631⟩
  • Mathieu Goux. Subordination et coordination en français préclassique et classique. Colloque DIACHRO 8 : Le français en diachronie : moyen français, segmentation des énoncés, linguistique textuelle, Feb 2017, Strasbourg, France. pp.107-120. ⟨hal-02277565⟩
  • Mathieu Goux. Les subordonnées relatives coordonnées en français classique : entre référence et prédication. Colloque DIACHRO 8, Feb 2017, Strasbourg, France. pp.107-120. ⟨hal-03148988⟩
  • Mathieu Goux. Lequel in chosisomnibus, ou la politisation d'une norme. Changements linguistiques et phénomènes sociétaux, Laboratoire ICAR UMR-5191, Mar 2016, Lyon, France. ⟨halshs-01386447⟩
  • Mathieu Goux. De la période à la phrase. Diachro VII, 2015, Paris, France. ⟨hal-02278780⟩
  • Mathieu Goux. Pronoms relatifs, ajouts et continuité référentielle: ambiguïtés nouvelles et résolutions anciennes. Continuité référentielle: le Choix des Mots, UMR 3816 FoReLL A, Oct 2015, Poitiers, France. ⟨halshs-01386466⟩
  • Mathieu Goux. Pronoms relatifs, ajouts et continuité référentielle : ambiguïtés nouvelles et résolutions anciennes. Colloque - Continuité référentielle : le choix des mots dans les textes français et anglais à la fin du Moyen Âge et aux périodes modernes et contemporaines, UMR 3816 FoReLL A, Oct 2015, Poitiers, France. pp.225-238. ⟨hal-02277585⟩
  • Mathieu Goux. Le pronom-déterminant lequel dans le Quinte-Curce de Vaugelas. Prépositions, conjonctions, connecteurs, 2014, Paris, France. ⟨hal-02278786⟩
  • Mathieu Goux. "Saillance, priorité, ambiguïté: la syntaxe et ses évolutions". Journées d'études des Têtes Chercheuses, association des doctorants de l'ED 3LA, Nov 2014, Paris, France. ⟨halshs-01386520⟩
  • Mathieu Goux. Qui et Lequel : vrais relatifs, faux concurrents ?. Colloque organisé par l'association des doctorants de l'ED 3LA "Les Têtes Chercheuses": Concurrence(s), Colloque organisé par l'association des doctorants de l'ED 3LA "Les Têtes Chercheuses", Dec 2013, Lyon, France. ⟨halshs-01537132⟩

Autre publication1 document

  • Mathieu Goux. Entre fréquence et emploi: continuité et discontinuité du pronom-déterminant lequel à la période classique. 2015. ⟨halshs-01386502⟩

Thèse1 document

  • Mathieu Goux. Le pronom-déterminant lequel en français préclassique et classique (1580-1720). De la langue au discours.. Linguistique. Université Lyon 2 Lumière, 2017. Français. ⟨tel-01711088⟩