Nombre de documents

2

Karim Bachmar


Docteur en linguistique (Etudes Arabes)
Qualifié MCF en section 15 (Langues et littératures arabes, chinoises, japonaises, hébraïque, d'autres domaines)

Portable : 06-77-72-90-74
email : karim.bachmar70@gmail.com

 

Parcours de recherche

A - La reconnaissance de caractère

Durant deux années de 2007 et 2009, j’ai commencé un travail de recherche en m’appuyant sur des ouvrages et des articles dans le domaine de la reconnaissance de caractères. Cette première approche m’a permis de définir un ensemble de pistes à explorer et enfin synthétiser un projet de recherche et d’en tirer un sujet :

« La géométrie dans les écritures subsahariennes ».

Un fascicule non publié avec des travaux et des exemples de formes et d’extraction de formes montre qu’une vue géométrique complexe permet par le biais de la programmation d’obtenir des résultats de formes diverses concernant la langue arabes.

1 - fascicule de projet d’étude

2 - prototype d’essai sur les formes

Colloque à l’ENS Lyon en 2007 pour présenter ce projet

Dans le cadre du projet de Tombouctou, j’ai étudié l’échantillon d’un manuscrit comportant 5 pages, en essayant de définir les formes multiples et parfois particulières de ces écritures. De là une planification de ces formes a été enregistrée puis classifiée. Cela est un des aspects de la recherche dans ce vaste domaine des écritures subsahariennes. L’important est la localisation du mouvement de la main (manuscrit) lors de la constitution des caractères arabes.

Un exposé des divers travaux entrepris dans ce contexte des écritures subsahariennes a été présenté en précisant les différentes étapes de la recherche pour arriver à localiser les gestuelles multiples suivant les cas de caractères. Par des illustrations concrètes, représentant un exemple évolutif de forme au niveau de l’écriture, il est aisé de constater que dans la même forme, en restant dans les limites de sa constitution, la variante est sensible. Cela permet de dégager un centre commun autour duquel il est possible de reconnaître l’élément de base. L’intérêt de ce travail est une contribution à définir les éléments nécessaires à la reconnaissance de caractères assistée par ordinateur.

Par conséquent, ce travail de recherche se concrétisera en tirant profit des observations et des propositions diverses. Durant mon exposé, cette question a été abordée en précisant son intérêt et sa capacité à contribuer à la reconnaissance des caractères de l’écriture subsaharienne.

En effet, la saisie des manuscrits, en passant du caractère manuscrit au caractère d’imprimerie, permet de constater les subtilités diverses des différentes formes et de faire un classement rationnel et logique. L’analyse page par page se définit dans une démarche empirique.

La finalité de cette façon de procéder permet de gagner du temps dans le domaine de l’édition critique des manuscrits de Tombouctou.

B - Linguistique

L’année 2008-2009 fut une introduction à ma thèse en matière de regroupement de données et résultats divers. Ayant rassemblé des informations intéressantes et pertinentes dans le domaine sémantico-phonétique, Mr Bohas me proposa de présenter cet ensemble de données sous forme d’exposé lors d’un séminaire qui s’est déroulé en novembre 2009.

Le but final de ma thèse de doctorat est de démontrer que la théorie des matrices et des étymons se vérifie pour les radicaux quadriconsonantiques. En d’autres termes, cela revient à prouver que ceux-ci se décomposent en étymons.

Doctorat, Etudes arabes, option : linguistique

Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon. Thèse soutenue le 25 novembre 2011. 
Sous la direction du professeur Georges Bohas, responsable de la section ARABE de l’ENS-Lyon. 
Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Jury : Jean-Pierre ANGOUJARD (président), Professeur émérite, Université de Nantes 

- Georges Bohas (Directeur ), Professeur ENS de Lyon

- Djamel E. KOULOUGHLI, Directeur de recherche, CNRS Paris

- Giuliano LANCIONI, Professeur, Université Roma tre

- Abderrahim SAGUER, Professeur, Université d’Agadir, Maroc

Thèse de doctorat disponible à l’adresse suivante :

http://matricesetymons.ens-lyon.fr/travaux-227104.kjsp?RH=MATRICEETYMONS&RF=MATRICES-travaux

Axes et domaines de recherche

A- La reconnaissance de caractères (Les écritures subsahariennes - projet Tombouctou)

Dans cette partie de la recherche, il est nécessaire d’organiser le travail comme je l’ai fait entre 2007 et 2008. Cela revient à classifier en séparant les formes variables des formes invariables. Poursuivre la recherche en utilisant des algorithmes basés sur des techniques inspirées de la gestuelle de la main (manuscrit). Par la suite, un recensement, entre les formes et les gestuelles, est préférable afin de définir une classification adéquate et pertinente. Cela conduit directement en une recherche empirique dans le contexte des écritures subsahariennes.

Cette expérience que je viens de décrire succinctement, je l’ai utilisée par l’intermédiaire du logiciel (abbyy fine reader). En utilisant la fonction (cherche/apprendre) du logiciel, un travail empirique donne au fur à mesure de la recherche un listing des formes et une base de données variées. Cette base et ce listing ainsi définies sont enregistrés par le logiciel en les comptabilisant comme des ressources de référence. C’est une approche provisoire dans ce domaine des OCR(logiciel pour la reconnaissance de caractères) elle peut à cours terme contribuer à favoriser un gain de temps considérable dans la saisie des manuscrits de Tombouctou.

B- La linguistique

La sémantique

La sémantique est un domaine qui prend de l’ampleur dans les analyses des définitions des radicaux. Le fait de rechercher à établir une relation probable entre les définitions démontre que le sens n’est pas limité et défini dans sa sphère sans être reconnu dans un ensemble de définitions diverses d’un même radical ou de plusieurs radicaux. Une définition en elle-même exprime une idée abstraite ou concrète en sens mais ce qu’elle exprime se retrouve complètement ou partiellement ou implicitement dans d’autres définitions. C’est à ce moment là que nous parlons de relations sémantiques fortes, connexe, floue, lâche.

La publication et les travaux de recherche contribuent d’avantage au développement de la sémantique. Le plus difficile est de rechercher des champs nouveaux, afin de repérer des fonctions sémantiques particulières ou de voir si des fusions possibles entre plusieurs catégories sont possibles.

La phonétique (Le phonème q est-il en trait phonétique une gutturale ?)

Des résultats, enregistrés à partir de ma thèse, montrent que le positionnement du phonème q dans les quadriconsoantiques ne lui confère pas le statut d’être une gutturale en trait phonétique (voir, Bachmar, 2012, p. 142, radical ba‘zaqa). Le croisement des étymons bq × z‘ = baqza‘a,montre la permutation entre le phonème q et ‘. Le deuxième phonème du radical quadrilitère doit être une gutturale pour obtenir le radical ba‘zaqa.

C- Forme et Algorithme

Traitement des vers poétiques comparative des méthodes entre al-Ḫalîl et Bohas

Travail qui analyse la méthode d’al-Ḫalîlface au système de découpage syllabique introduit par Mr Bohas. Cette analyse va montrer l’efficacité du système de Mr Bohas système plus rapide plus fluide et simple dans sa présentation en (-) pour syllabe longue et (v) pour syllabe brève. Les structures seront ordonnées afin de constater par un système de superposition la rapidité d’exécution de l’algorithme (-) ; (v) de Mr Bohas.

D- La morphologie (grammairiens arabes)

Ce domaine de recherche nécessite une vue d’ensemble structurée afin de canaliser la vision des grammairiens arabes. Leur conceptualisation de la morphologie reste à ce jour une procédure qui se réalise à partir d’une considération de la langue comme étant formatée. Cela induit la recherche d’une solution à un type donné de morphologie des différentes étapes qui constituent la progression et les changements éventuels qui s’opèrent dans le mot. Dans l’ouvrage de Georges Bohas « Étude des théories des grammairiens arabes » le mécanisme et la réflexion des grammairiens arabes à ce sujet sont détaillés et expliqués et par là même une mise en exergue de la morphologie.

Le procédé des grammairiens arabes se situe dans la recherche de définir la forme originelle en étant dans les dispositions d’une langue formatée et de comparer avec la forme usuelle et de voir comment la forme a évoluée. L’exemple du verbe ramâ qui à la troisième personne du singulier se définit comme yarmiy montre que la racine est : r, m, y. A partir de ce constat, étudions la deuxième personne du singulier féminin pour ce verbe. On a donc :’anti taf‘aliyna (formatage de la langue). Par conséquent, sur le modèle taf‘aliyna, on obtient : ’anti tarmiyiyna. Par ailleurs sur le plan de l’usage, la conjugaison du verbe ramâ à la deuxième personne du féminin singulier donne : ’anti tarmiyna.

En comparant, la forme originelle (tarmiyiyna) et la forme usuelle (tarmiyna), nous constatons qu’un phonème y est tombé. Les grammairiens arabes disent à ce propos qu’un y est tombé pour des raisons de lourdeur de locution.

Cette technique n’est pas anodine mais montre bien que la réflexion des grammairiens arabes s’inscrivait déjà dans un souci de traiter la langue dans un contexte d’automatisme logique et rationnelle.


Ouvrage (y compris édition critique et traduction)2 documents

  • Georges Bohas, Karim Bachmar. Les étymons en arabe, analyse formelle et sémantique. Dar el Machreq, Beyrouth, Liban, pp.214, 2013, Langue arabe et pensée islamique, 961-1202424. 〈halshs-00933113〉
  • Karim Bachmar. L’organisation submorphémique des quadriconsonantiques dans le lexique de l’arabe . Institut des langues de l'Orient ancien et moderne (ENS de Lyon), pp.344, 2012, 978-2-84788-390-9. 〈halshs-01256876〉