Skip to Main content
Number of documents

2

Isabelle Séverin Curriculum Vitae


Domaines d'activités 

L'évaluation du risque des substances intentionnelles ou non retrouvées dans les aliments est un processus multi-étapes, validé internationalement. Parmi celles-ci, la caractérisation du danger se fait à l'aide de tests toxicologiques, qui peuvent se réaliser in vitro sur des cellules en culture. Le premier effet recherché lors du processus de développement d'un nouveau composé chimique est la génotoxicité, c'est à dire la capacité de la molécule à interagir avec le matériel génétique d'une cellule, soit sous sa forme d'ADN double brin, soit condensé en chromosomes. Cette interaction peut amener à une lésion, qui, si elle n'est pas réparée et/ou si la cellule ne meurt pas, peut se transformer en mutation, première étape du développement du processus cancéreux.

Parmi les nombreuses sources de contaminents potentiels des aliments, les emballages sont souvent incriminés. En effet, des substances chimiques présentes dans les matériaux au contact des denrées alimentaires (MCDA) peuvent migrer vers les aliments. Ces composés, retrouvés en très faibles quantités, peuvent cependant induire des modifications organoleptiques inacceptables, être toxiques par eux-mêmes ou par les produits générés. L’étude du danger que représente l'ensemble des substances capables de migrer de l'emballage vers l'aliment permet une meilleure évaluation de l'emballage fini. 

Les effets toxiques potentiels des extraits des emballages finis peuvent donc être testés d’un point de vue toxicologique en utilisant des tests de screening in vitro, précoces, sensibles et spécifiques,  dénommés « biotests ». Certains sont déjà utilisés pour les dossiers d’autorisation pour les substances intentionnelles. Les résultats des biotests peuvent être corrélés aux données analytiques afin d’identifier le ou les substances responsables. Si les données analytiques n’expliquent pas l’effet toxique observé, il peut être dû soit à une substance non identifiée dans le mélange, soit à un effet « cocktail ».

Cette approche s’applique également à d’autres domaines comme les matériaux utilisés en cosmétique ou pour les dispositifs médicaux … .

Recherche 

Développement et réalisation de tests de génotoxicité in vitro, depuis la détection de simples cassures de l'ADN jusqu'à la présence de mutations géniques ou chromosomiques/génomiques, voire même l'activation précoce de gènes impliqués dans les processus de réparation de l'ADN.

Enseignement 

- Toxicologie alimentaire

- Emballages à contact alimentaire


Anne-Marie Le Bon   

Journal articles2 documents

  • Isabelle Valentin-Severin, Véronique Thybaud, Anne-Marie Le Bon, Jean-Claude Lhuguenot, Marie-Christine Chagnon. The autoradiographic test for unscheduled DNA synthesis: a sensitive assay for the detection of DNA repair in the HepG2 cell line. Mutation Research - Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis, Elsevier, 2004, 559 (1-2), pp.211-217. ⟨10.1016/j.mrgentox.2003.12.007⟩. ⟨hal-01981453⟩
  • Isabelle Valentin-Severin, Ludovic Le Hegarat, Jean-Claude Lhuguenot, Anne-Marie Le Bon, Marie-Christine Chagnon. Use of HepG2 cell line for direct or indirect mutagens screening: comparative investigation between comet and micronucleus assays.. Mutation Research - Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenesis, Elsevier, 2003, 536 (1-2), pp.79-90. ⟨10.1016/S1383-5718(03)00031-7⟩. ⟨hal-01981654⟩