Nombre de documents

2

Elise Guy-Guyenet


Doctorante en Sciences du langage,
Laboratoire Modyco - UMR 7114 & Université Paris Nanterre

Projet de thèse

Ce projet de recherche en psycholinguistique porte sur l’acquisition du langage en Langue des Signes Française (LSF). Les travaux relatifs à l’acquisition du langage en LS ont montré que les enfants signeurs suivent la même trajectoire développementale que les enfants entendants qui acquièrent une LV (Petitto, 1988 ; Newport & Meier, 1985). Le patron général d’acquisition des LS est donc indépendant de la modalité langagière : les enfants signeurs produisent leurs premiers signes vers 12 mois et les premières combinaisons à deux signes entre 18 et 22 mois. De plus, la communication précoce est marquée par l’utilisation de différents types de gestes communicatifs qui précèdent et accompagnent le développement lexical. Ces gestes, majoritairement déictiques (principalement le pointage) et conventionnels (gestes codifiés communs à une culture), constituent un répertoire massivement utilisé pour communiquer durant la seconde année. Or en LS, le medium d’expression étant unimodal par nature, gestes et signes sont produits dans la seule modalité visuo-gestuelle. Dès lors, la question qui se pose et qui constitue la base de ce travail est la suivante : comment se réorganisent et s’articulent les moyens de communication du jeune enfant signeur dans le développement langagier précoce ? Dans une perspective formelle et fonctionnelle, l’analyse proposée s’attache à décrire les répertoires gestuels communicatifs et gestuels linguistiques (signes) afin d’établir la trajectoire développementale de chacune des ressources mobilisées. Les analyses seront menées à partir d’un corpus longitudinal d’interactions parents-enfants recueilli auprès de 4 enfants signeurs de parents sourds, suivis entre 3 et 36 mois à raison d’une fois par mois.


Poster2 documents