Nombre de documents

8

Agata Helena Trociuk


Passionnée pour la francophonie nord-américaine


Article dans une revue1 document

  • Agata Helena Trociuk. La quête de la vocation littéraire et la passion d'écrire dans " Le fou d'Omar " d'Abla Farhoud et dans " La concierge du Panthéon " de Jacques Godbout . Interstudia, 2012, Discours et passions, pp.220-226. <hal-00958138>

Communication dans un congrès4 documents

  • Agata Helena Trociuk. Complexité de l’identité culturelle québécoise dans des perspectives territoriale, historique et linguistique. Les conflits en territoires hispanophones, lusophones et francophones, Jun 2014, Limoges, France. <hal-01177102>
  • Agata Helena Trociuk. Représentation de la société montréalaise plurilingue dans quelques romans québécois contemporains. Revisiter le Canada par la recherche doctorale: nouvelles thématiques, nouvelles sources, nouvelles méthodologies?, Mar 2014, Poitiers, France. <hal-01177105>
  • Agata Helena Trociuk. Le visuel et la musicalité dans le roman graphique québécois : exemple de " Rapide Blanc " de Pascal Blanchet . Dilemmes contemporains du visuel, Sep 2012, Buenos Aires, Argentine. <hal-00958167>
  • Agata Helena Trociuk. Les voyages à travers l'Amérique du Nord dans " Volkswagen Blues " de Jacques Poulin. Voyages littéraires, Jun 2007, Sosnowiec, Pologne. <hal-00958151>

Poster1 document

  • Agata Helena Trociuk. Le visuel et la musicalité dans le roman graphique québécois : exemple de « Rapide Blanc » de Pascal Blanchet. Xe Congrès de l’Association internationale de sémiotique visuelle, Aug 2012, Buenos Aires, Argentine. <hal-01125884>

Chapitre d'ouvrage2 documents

  • Agata Helena Trociuk. La Pologne et la Lituanie : le rétablissement des relations diplomatiques après 1990 et la réalisation d’un objectif commun, l’accession à l’UE et à l’OTAN. Presses Universitaires de Limoges. Feuille de philologie comparée lituanienne et française, 2014. <hal-01177096>
  • Agata Helena Trociuk. Immigrer à Montréal c'est accepter de vivre en silence : exemple de l'œuvre de Marco Micone. Parole au silence, pp.51-59, 2012. <hal-00958118>